Le mot de la présidente

En cette année de commémoration du geste inaugural de Luther marquant le début officiel des différentes Réformes successives, la question que je me pose et que je vous invite aussi à vous poser est :

« Pourquoi je suis protestant(e) aujourd’hui ? »

La quantité de livres, de conférences, d’expositions, de concerts proposés autour de la Réformation nous a permis et nous permet encore de nous rafraîchir la mémoire sur toutes les connaissances historiques, théologiques et bibliques que le XVIème siècle a favorisées, permettant l’évolution des réflexions et des pratiques religieuses. La dynamique de la Réforme a permis de supprimer dans l’église tout ce qui semblait encombrant pour ne garder que l’essentiel de notre relation avec Dieu, l’intimité sans intermédiaire entre Dieu et l’homme , l’égalité de chacun devant Dieu, et la liberté d’expression face aux textes bibliques puisqu’il n’y a pas qu’une seule interprétation possible, rien n’est absolu, je suis libre de penser et d’interpréter les textes à condition de rester fidèle à la Loi de Dieu.

Si je suis protestant(e) aujourd’hui, c’est aussi que je peux faire mienne la nouvelle déclaration de foi de l’Eglise Protestante Unie que nous aurons l’occasion de travailler pour mieux la comprendre et nous approprier les idées essentielles.

Si je suis protestant(e) aujourd’hui, comme rien n’est figé définitivement, je dois perpétuellement me renouveler spirituellement, c’est pourquoi, vous trouverez dans notre livret annuel des activités nouvelles qui vous permettront de mieux vous connaître : lire la Bible, prier, chanter, dialoguer avec les autres sur les questions actuelles de notre société pour  vous enrichir, rencontrer celui qui en a besoin, n’exclure personne mais avoir de la bienveillance les uns pour les autres, prendre soin des plus jeunes, de nos anciens, respectueusement.

Chaque article vous proposera une activité qui vous donnera l’élan nécessaire pour rencontrer Dieu, témoigner de votre foi, changer de comportement,  vous engager joyeusement dans  la vie de notre Eglise et vous tourner vers l’autre qui vit à côté de vous, votre frère en humanité.

Catherine Cascaro

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *