Inauguration de l’EPU

Le dimanche 9 juin 2013 a eu lieu le culte d’inauguration de l’Église Protestante Unie au Mans et dans la Sarthe, point d’orgue d’une semaine marquée par la conférence d’Elisabeth Parmentier sur le processus d’union et la Concorde de Leuenberg (1973) et la conférence de presse donnée par notre pasteur Agnès Lefranc et Fabienne Jaunay, présidente du CP.

Parmi les officiels étaient présents à ce culte la Sous-préfète Madame Magali Debatte, une représentante du président du Conseil général Madame Marie-Thérèse Leroux, le maire du Mans Mr Jean-Claude Boulard,ainsi que madame Karamanli, députée de la Sarthe, de même que des représentants des cultes musulmans et juifs ainsi que d’autres Églises chrétiennes (catholique, orthodoxe, baptiste, adventiste).

S’adressant à ses « frères et soeurs en Christ comme en humanité », Jean-Pierre Le Guillou, vice-président du Conseil Régional de la région Ouest de notre Église, a évoqué l’historique de cette union dÉglises réformée et luthérienne. Abrogeant les excommunications de naguère, ces dernières ont cheminé vers l’unité, une unité qui n’est pas uniformité ni oubli des richesses de leurs traditions respectives. La Déclaration de Barmen (1934) réunissant des théologiens réformés et luthériens dénonçant lidolâtrie nazie fut, par exemple, l’un de ces moments-clefs de la marche vers lunité.

Prêchant sur Luc 7, 11-17, Agnès a montré que Christ, dans ce récit de résurrection, marchait « à contre-courant ». Loin des replis identitaires qui sont mortifères, il nous invite à une vie faite de confiance.

Autre temps fort, Hélène Mirabel, vice-présidente du conseil presbytéral a interprété pour l’assemblée le symbolisme du logo de l’Église Protestante Unie. La croix qui sort du cadre invite ses membres à se tourner vers le monde, à l’encontre dune tendance des protestants français « historiques » à rester entre eux et à se serrer les coudes face aux épreuves et aux persécutions.

À l’issue du culte, deux jeunes : Naomie et Nicolas, ont dévoilé la nouvelle plaque signalétique dont la maquette a été magnifiquement réalisée par Yves Madiba, à la demande du Conseil Presbytéral. 

La cérémonie sest terminée par un vin dhonneur. La pluie n’aura malheureusement pas permis que ce temps convivial ait lieu dehors. Mais elle est aussi gage de fécondité .


Paroles d’invités

 

Marietta Karamanli,
députée de la 2ème circonscription de la Sarthe :
« J’ai
tenu à venir afin de saluer l’unité. Ce que j’ai trouvé important, c’est ce
message de la nécessité d’oser aller à contre-courant entendu dans la
prédication »

Jean-Claude Boulard,
maire et président de la communauté urbaine du Mans :
« Ce qui est
étonnant, c’est la division au sein d’un même courant religieux. Le retour à
l’union est important ! Je trouve intéressant de voir que c’est une femme
qui porte ce message fort… », puis il ajoute : « Il est temps
que la réforme mette fin aux déformations ! »

Didier Travier,
ancien paroissien de passage au Mans :
«  Je suis très heureux de voir
autant de diversité et de différences. De nos jours, les différences ne
signifient plus grand chose dans un message d’union… »

Marie-Thérèse Leroux,
conseillère régionale :
« Je suis moi-même de religion catholique.
C’est grâce à un séjour en Allemagne que j’ai pu découvrir le protestantisme au
travers d’une chorale à laquelle j’ai participé, le culte protestant ne m’est
donc pas inconnu….. J’ai apprécié ce culte, je reviendrai avec mon
mari ! Lorsque que l’on m’a proposé d’assister à ce culte, ce qui m’a
convaincu, c’est qu’il fallait marquer l’événement, c’est important que le
conseil général soit représenté pour soutenir cet enrichissement culturel »

Magali Debatte,
sous-préfète, secrétaire générale de la Préfecture :
« C’est un
plaisir d’assister à ce type d’événement plutôt qu’une obligation, ça me
rappelle ma jeunesse :
ma mère est protestante, j’ai chanté ces chants
toute mon enfance ! »