Les étapes de la liturgie

Dans l’Église Protestante Unie, la liturgie réformée actuelle, dite « liturgie jaune », a été adoptée en 1995 et 1996, après un long processus d’aller et retour entre la commission de liturgie et les Eglises locales. Brossons ensemble les différents temps de notre liturgie:

Proclamation de la grâce de Dieu :

Cest Dieu lui-même qui convoque l’assemblée et l’accueille. La première parole lui appartient. On se lève pour entendre ces paroles daccueil, manifestant ainsi qu’on a compris que Dieu lui-même se tient présent. Ce temps de proclamation de la grâce est parfois suivi dune « invocation » à lEsprit. La liturgie jaune contient trois invocations à l’Esprit qui jalonnent le culte : au début, avant les lectures bibliques, et pendant la Sainte Cène. Cela nous rappelle que le culte véritable est célébré en Esprit, cf Jn 4, « L’heure vient, elle est là, où les vrais adorateurs adoreront le Seigneur en Esprit et en vérité ; tels sont, en effet, les adorateurs que cherche le Père ».

Le chant :

Le chant joue un rôle primordial dans le culte protestant. Il est la réponse de l’assemblée, qui ne dit pas de « répons », comme dans la messe. Il faut savoir que le chant de l’assemblée a été introduit par les Réformateurs, et que c’était à lépoque une petite révolution, dautant que l’on chantait en « langue vernaculaire ».

Toutes les paroisses n’ont pas de spontanés. Au Mans, nous avons fait ce choix. Les spontanés sont des repères, ils balisent le culte et sont faits pour être chantés quasiment par coeur. Un livret collé à la fin des cantiques vous permet de suivre les suites liturgiques A et B ; la suite liturgique choisie est indiquée sur le tableau à gauche du prédicateur. Trois chants complètent la partie musicale : après la louange, entre les lectures, et après la prédication. Leurs numéros sont indiqués sur le même tableau.

Louange :

Le culte commence par la louange. Nous sommes invités, avant toute chose, à nous tourner vers Dieu, à l’adorer, à nous décentrer de nous-mêmes, alors même que nous arrivons souvent encombrés de toutes sortes de choses. La louange a un rôle quasi « thérapeutique » ! Elle dégage la voie et prépare à lécoute.

Le chant qui suit prolonge cette louange. Le plus souvent, cest un psaume. Le chant des psaumes a joué un rôle tout particulier dans la réforme calviniste. Un long processus aboutit, en 1562, à la publication du psautier complet en français, sous le titre : « Les Pseaumes en rime françoise par Clément Marot et Théodore de Bèze ».

Prière de repentance-déclaration du pardon :

La louange conduit tout naturellement à la repentance. Face à la grandeur de Dieu, le croyant éprouve sa faiblesse. La repentance n’est pas une confession « des péchés », des fautes morales, mais plus profondément, une confession « du péché », c’est-à-dire de notre incapacité à le servir et à l’aimer, et à aimer nos frères. La repentance a besoin de silence et d’intériorité.

Pour la déclaration du pardon, l’assemblée se lève, manifestant ainsi qu’elle est relevée par la parole de grâce.

Volonté de Dieu :

La volonté de Dieu (qu’on appelait avant la « Loi ») vient après la prière de repentance et la déclaration du pardon, comme une conséquence. Libérés et pardonnés, nous sommes rendus capables d’écouter ce que Dieu veut pour nous, et de le mettre en pratique. Le plus souvent, le texte entendu comme « volonté de Dieu » est un texte biblique.

Prière dillumination :

Cette prière avant les lectures bibliques est une invocation à lEsprit Saint. Nous reconnaissons quil y a une différence entre Ecriture et Parole de Dieu. LEcriture ne devient Parole de Dieu que par lintervention du Saint Esprit. Dans cette prière, nous demandons que l’Ecriture devienne pour nous parole de Dieu, message qui nous soit adressé.

Lectures, prédication :

La liste de lecture de la Bible en 6 ans (lien) propose trois lectures et un psaume pour le dimanche. Ces lectures sont les mêmes que celles de l’Eglise catholique. Les prédicateurs ne se sentent toutefois pas tenus de les prendre, et adaptent leur choix de textes aux circonstances. Les lectures retenues sont indiquées sur le tableau à droite du prédicateur. Si vous avez une Bible avec vous, cela vous permettra de suivre !

La prédication est un moment central dans le culte. Le pasteur ou prédicateur a consacré beaucoup de temps à travailler le texte biblique sur lequel porte la prédication, puis à rédiger ce quil va dire. La parole prêchée est une nourriture, comme le pain de la Cène.

Confession de foi :

Après avoir reçue la parole, l’assemblée est invitée à répondre. On ne peut confesser sa foi qu’en réponse à une parole reçue, que parce qu’on se sait aimé et pardonné. Nous avons dans notre Eglise un choix important de textes de confession de foi, ce qui permet den varier la forme

Offrande :

L’offrande n’est pas un geste furtif qu’on ferait à la fin pour ne pas déranger le cours de la célébration ; elle est un acte liturgique à part entière, elle poursuit la confession de foi. Celui qui confesse de sa bouche, est ensuite inviter à confesser par ses actes, par le don (lien). La prière qui suit loffrande marque ce côté liturgique du don.

Sainte Cène :

La Sainte Cène est le partage du pain et du vin, en mémoire du dernier repas que Jésus a partagé avec ses disciples, et pour obéir à l’ordre qu’il leur a donné de « faire cela en mémoire de Lui ». La cène est célébrée au Mans tous les premiers dimanches du mois, et les jours de fête. Le cercle formé autour de la table est caractéristique de notre Église. Il dit la dimension fraternelle, de communion, et chacun manifeste son engagement en se levant pour venir dans le cercle.

Annonces :

Comme l’offrande, les annonces font partie du culte. Elles manifestent à leur manière la dimension horizontale déjà citée, et préparent à l’intercession. Dans la liturgie de notre Eglise, ce temps est intitulé : « échange dinformations locales et nouvelles de l’Église  universelle ».

Envoi :

L’envoi rappelle que le culte n’a pas sa fin en lui-même, que le centre de la communauté est à l’extérieur. Les paroles d’envoi reprennent le plus souvent le verset principal du texte sur lequel a porté la prédication, ou le texte de volonté de Dieu.

Bénédiction :

Comme le culte a commencé par la proclamation de la grâce, il finit par une parole reçue de Dieu, une parole de grâce et de bénédiction.